Un iceberg deux fois plus grand que Paris observé par satellite !

Un bloc géant de glace vient de se détacher du glacier Petermann au Groenland. Face à de tels phénomènes, il est difficile de nier le réchauffement climatique de la terre.

0
2896

Depuis 2011, une fissure sur le glacier Petermann au Groenland était visible grâce aux photos prises par un satellite de la Nasa. Mais c’est seulement entre le 16 et le 17 juillet que le glacier s’est fracturé d’un bloc de glace de deux fois la taille de Paris ou de Manhattan.

Le satellite Aqua nous rend ainsi témoin du réchauffement de la planète. Et les images prises par lui permettent à chacun de revivre la formation d’un nouvel iceberg. Ce phénomène appelé vêlage décrit la formation d’un iceberg comme la désagrégation d’un glacier.

Fonte de l’iceberg à 600 mètres sous la mer

Les icebergs vêlés apparaissent très imposants et pourtant il ne s’agit que d’une illusion puisqu’ils sont la marque du réchauffement climatique. L’océanographe, Andreas Muenchow, explique que si l’iceberg paraît si gros c’est parce que le plus impressionnant de la fonte est invisible à l’œil nu. C’est à 600 mètres sous le niveau de la mer que l’iceberg perd la majorité de sa superficie avec le contact du substrat rocheux et de l’eau chaude.

L’océanographe précise que depuis 2003 les eaux de l’Atlantique se réchauffent et provoquent la fonte des glaciers et la création d’icebergs. Or, la naissance de nouveaux icebergs à ce niveau fait courir des risques aux bateaux qui empruntent les couloirs maritimes. Le glacier Petermann était donc particulièrement surveillé à cette période par le satellite placé en orbite polaire.

Déjà en 2010 un énorme bloc de glace s’était détaché du glacier Petermann. L’iceberg avait atteint une taille exceptionnelle puisqu’il était deux fois plus grand que celui-ci.

Maëla Priolet