Un père condamné pour une fessée « cul nu »

Le tribunal correctionnel de Limoges vient de condamner à 500 euros d'amende un père qui avait donné une fessée déculottée à son fils de 9 ans. Une décision qui relance la question de l'interdiction des punitions corporelles en France.

0
6168
Le temps de la fessée, révolu ? ©ThinkStock

Voici une condamnation qui risque de relancer le débat toujours pas tranché en France : « Faut-il interdire la fessée ? ». Vendredi 11 octobre, le tribunal correctionnel de Limoges a condamné un père à 500 euros d’amende avec sursis, pour avoir donné une fessée déculottée à son fils âgé de 9 ans, a révélé Le Populaire. « Depuis plusieurs jours, mon fils ne me disait plus bonjour, je lui ai demandé pourquoi et il m’a répondu qu’il n’en avait pas envie. Je lui ai dit qu’il me devait le respect et oui, je lui ai donné une fessée », a reconnu l’homme. Il a ajouté « subir la mode actuelle qui veut que l’on ne corrige pas ses enfants ».

Si, en France, aucune loi n’interdit ou ne réprime les punitions corporelles, le tribunal a tout de même pris le parti de sanctionner ce papa, estimant cette fessée dégradante pour le jeune garçon. « C’est une violence ! Doublé d’un acte humiliant pour l’enfant qui, à 9 ans, se retrouve les fesses à l’air pour se faire frapper », a expliqué la présidente Estelle Lamotte-Genet. « Heureusement nous n’en sommes plus au temps où parents et éducateurs infligeaient des punitions physiques. C’est un temps révolu », a commenté le vice-procureur Jean-Paul Lescat.

Pour « sauver » le père de la condamnation, la défense a évoqué un contexte familial difficile. En effet, selon le quotidien régional, le couple était en instance de « séparation conflictuelle » au moment où la fessée a été administrée. En plus de son amende, l’homme devra d’ailleurs verser 150 euros à la mère de l’enfant, pour le préjudice moral subi.

Vers une abolition de la fessée en France ?

Alors que plusieurs de ses voisins européens (Espagne, Portugal, Allemagne, Pays-Bas, Suède…) ont déjà adopté une législation contre les châtiments corporels, la France repousse sans cesse le sujet. L’ex-députée UMP et pédiatre Edwige Antier avait émis une proposition de loi interdisant la fessée en 2010, mais celle-ci était restée sans suite. En attendant, associations et médecins continuent de s’alarmer sur ce qu’ils qualifient de néfaste pour l’enfant. Une étude canadienne, publiée en 2012, a en effet démontré que la fessée affecte le futur des enfants, en favorisant le développement des troubles du comportement.

Pour que l’idée de abolition de la fessée ne tombe pas aux oubliettes, la Fondation pour l’enfance avait même diffusé, au mois de juin, un spot choc de prévention contre les « violences éducatives ordinaires » à la télévision. 

> Lire aussi : INSOLITE – Un commerçant donne une fessée à son agresseur

Thomas Levy