Un requin féroce sur une plage du Morbihan

Un requin féroce a été retrouvé samedi sur la plage de Pénestin, dans le Morbihan. Cette espèce de squale évolue normalement dans les eaux profondes et chaudes… très loin de la côte Atlantique.

0
2839
La dernière fois qu'un requin féroce avait été observé sur la côte Atlantique remonte à 2012. - crédit photo : Apecs (capture d'écran) ©DR

Surprise ! Samedi 21 septembre, un « requin féroce » (Odontaspis ferox) s’est échoué sur la plage de Pénestin, dans le Morbihan. Un événement rarissime puisque ce type de squale fréquente habituellement les eaux profondes et chaudes.

Le requin féroce est inoffensif pour l’homme

Selon l’Association pour l’étude et la conversation des sélaciens (Apecs), le requin féroce tient son nom de « sa mâchoire impressionnante et de son corps massif ». Malgré son apparence inquiétante, il ne représente aucun danger pour l’homme. Ce qui intrigue les spécialistes, c’est l’origine de sa présence au large de la côté Atlantique. L’autopsie du squale a été effectuée hier. Les raisons précises de son échouage restent inconnues.

Requin féroce sur la côte Atlantique : la faute au réchauffement climatique ?

La dernière fois que ce type de requin avait été observé sur le côte Atlantique remonte à 2012. L’animal s’était échoué, vivant, sur une plage à Agon-Coutainville (Manche). Un événement qui avait créé la panique chez les touristes et les habitants. Le requin avait finalement pu être remis à l’eau et avait poursuivi sa route.

Avant cette date, le dernier signalement remonte à 1930. Le squale avait été retrouvé dans le golfe de Gascogne (océan Atlantique nord) au cours d’une capture au chalut.

2012, 2013. Ces deux signalements, très proches dans le temps, posent question. « S’il ne faut pas tirer de conclusions trop hâtives de ces deux échouages inédits, d’autres témoignages pourraient faire émerger l’hypothèse de mouvements de populations vers le nord, possible conséquence du réchauffement climatique », analyse l’Apecs. L’association lance un appel à témoin auprès des pêcheurs afin d’en savoir un peu plus sur cet échouage mystérieux.

> Lire aussi : Où se trouvent les requins les plus dangereux dans le monde ?

Depuis le début du printemps, l’Apecs a enregistré environ 160 signalements d’un ou plusieurs requins, dont 100 dans le Finistère-Sud. 2013 est « une année exceptionnelle », souligne-t-elle. Mais les squales habituellement observés appartiennent à des espèces accoutumées à cette zone de France, et non au type « requin féroce ».

> Lire aussi : La Réunion – un chien se fait dévorer par un requin

Damien Rigat