Un « robot lycéen » expérimenté dès la rentrée

La région Rhône-Alpes finance et mettra en place à la rentrée 2014 un « robot lycéen » dans trois lycées pilotes. Avec sa technologie avancée, l’automate permettra aux élèves immobilisés chez eux ou à l’hôpital de suivre les cours et interagir avec enseignants et camarades.

0
1646

La robotique pourrait à l’avenir se banaliser dans le milieu scolaire, et y jouer un rôle déterminant. Ce mardi 21 janvier, dans un lycée de Lyon, le « robot lycéen » a été présenté. Sa mission : incarner en classe un élève absent qui le pilotera à distance depuis son ordinateur. Grâce à sa caméra, l’automate pourra ainsi lui retransmettre en temps réel les cours de ses professeurs ou les exposés de ses camarades tout en lui offrant la possibilité d’interagir avec eux. Par sa mobilité, le robot peut également se déplacer en dehors de la salle de classe pour permettre à l’élève qu’il représente de conserver un lien social.

Le « robot lycéen », un projet unique en France

« Le numérique et la robotique constituent des mutations technologiques et sociales majeures. Ce projet unique en France repose sur une dynamique partenariale forte : il témoigne de notre volonté de contribuer à l’invention des usages numériques que les Rhônalpins utiliseront demain au quotidien », commente Jean-Jack Queyranne, Président de la Région Rhône-Alpes.

Ce « robot lycéen » sera mis en service dès la rentrée scolaire 2014. Dans un premier temps, trois lycées pilotes en accueilleront un pour deux ans : le lycée La Martinière Monplaisir à Lyon (Rhône), le lycée Claude Fauriel à Saint-Etienne (Loire) et le lycée Joseph Marie Carriat à Bourg-en-Bresse (Ain). Il sera particulièrement adapté aux élèves malades et immobilisés chez eux ou à l’hôpital, ces derniers étant souvent contraints de faire temporairement l’impasse sur leur scolarité.

Le projet est mis en œuvre par la société Awabot et financé par la région Rhône-Alpes. Son coût est estimé à 490 000 euros.

> Lire aussi : L’être humain ressent de la compassion pour les robots

Adrien Guiset