Un sac à main contient plus de bactéries que des toilettes publiques

Qu’y a-t-il de plus sale que des toilettes publiques ? Le sac à main d’une femme selon l’Initial Washroom Hygiene. Son étude montre qu’un sac sur cinq contient assez de bactéries pour représenter un danger pour la santé.

0
4199
Un sac sur cinq contient assez de bactéries pour constituer un danger pour la santé. ©ThinkStock

Selon l’Initial Washroom Hygiene, le sac à main d’une femme contient plus de bactéries que les toilettes publiques. Rapportée par le Daily Mail, l’étude révèle qu’un sac sur cinq renferme assez de bactéries pour constituer un risque pour la santé.

> Lire aussi : Le smartphone : un nid à bactéries

Pas si étonnant que cela quand on sait que les femmes nettoient peu souvent leurs sacs. Les plus à risque sont ceux en cuir : leur environnement est idéal pour le développement et la propagation des bactéries. L’objet le plus contaminé serait la crème pour les mains, puis les cosmétiques, notamment le rouge à lèvres et le mascara.

Des bactéries dans les sacs à main : quelles solutions ?

Selon Peter Barratt, responsable technique chez Initial Washroom Hygiene, la solution est simple : il faut se laver les mains et nettoyer son sac régulièrement. « Les sacs à main entrent en contact avec nos mains et une variété de surface, donc le risque d’y transférer différents germes à l’intérieur être très élevé, en particulier pour les sacs peu lavés », explique-t-il. Il ajoute : « une fois que ces germes sont sur nos sacs, ils peuvent facilement être transférés via nos mains sur d’autres surfaces. Un nettoyage régulier des mains est essentiel pour prévenir la présence des bactéries en premier lieu et un nettoyage complet des sacs est recommandé pour empêcher la contamination ».

L’idéal serait de bien laver l’intérieur et l’extérieur du sac, et les objets qui s’y trouvent, par exemple à l’aide de lingettes. Une règle élémentaire évite de former un nid de bactéries dans son sac à main : ne pas le poser par terre. 

> Lire aussi : McDo : moins de bactérie aux toilettes que sur les tables 

Charlotte Loisy