Un slogan de Babybel scandalise les familles d’handicapés

Les associations de familles d’handicapés ont appelé au boycott des produits du fromager Bel. La raison ? Elles n’ont guère apprécié le slogan des Mini Babybel, qui souhaitait aux enfants « des vacances de malade mental ». Le groupe s’est excusé.

0
3147
L'objet du scandale : le tampon encreur offert avec les Mini Babybel ©DR

La dernière campagne marketing du fromage Mini Babybel laisse un goût amer aux familles de personnes handicapées. L’objet du scandale ? Un tampon encreur offert avec le produit, destiné aux enfants, sur lequel est inscrit le message « Des vacances de malade mental ». Indignée par ce slogan, l’Unapei (l’Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis) a d’abord adressé un courrier au service consommateur du groupe fromager Bel afin que les paquets de Mini Babybel soient retirés des rayons. Mais l’entreprise a estimé que la tâche était impossible… Le collectif appelait alors, lundi, au boycott de ses marques : Vache qui Rit, Kiri, Leerdammer, Boursin, etc.

« Un produit, surtout destiné aux enfants, ne peut véhiculer et ancrer de tel message. Je suis scandalisée que BEL transmette des valeurs discriminatoires à nos enfants sans s’excuser ni rectifier son erreur », déclarait Christel Prado, Présidente de l’Unapei, dans un communiqué.

Bel s’excuse pour son message « extrêmement maladroit »

Crainte de véhiculer une mauvaise image ? Repentir sincère ? Le groupe a finalement réagi ce mercredi en présentant ses plus plates excuses aux personnes handicapées et à leurs proches. « Bel est prêt à reconnaître que ce message est extrêmement maladroit », a indiqué Etienne Lecomte, son directeur général, au journal Le Parisien. « On est très sensibles au problème. Dans nos usines, nous avons un taux important de personnes handicapées. », a-t-il poursuivi.

L’Unapei entend les excuses du groupe et n’envisage pas de porter plainte.

Julie Toury