Un stagiaire meurt après 72h de travail d’affilée

Un étudiant allemand, en stage dans une banque londonienne, a été retrouvé mort chez lui. Le jeune homme avait effectué 72 heures de travail d'affilée.

0
3199
Un stagiaire de la Bank of America est mort après avoir travaillé 72 heures d'affilée ©ThinkStock

Les conditions de travail d’un stagiaire sont rarement des plus honorables. La preuve a été poussée à son paroxysme cette semaine, avec la mort d’un jeune homme de 21 ans. Après avoir travaillé 72 heures d’affilée à la Bank of America (BAML), basée à Londres, Moritz Erhardt, étudiant allemand de l’Université du Michigan (Etats-Unis) est décédé. Il devait terminer son stage la semaine prochaine.

D’après les informations du journal The Independent, le jeune homme serait rentré du travail à 6h du matin et aurait été découvert mort dans sa douche par son colocataire. La BAML s’est dite « profondément choquée et attristée par la nouvelle » de Moritz Erhardt, un stagiaire « très qualifié et à l’avenir prometteur ». Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes du décès.

Bank of America : une rémunération en fonction des horaires

Suite à l’annonce de ce décès, la presse anglaise a publié de nombreux témoignages d’anciens travailleurs du secteur bancaire londonien. « C’étaient les trois pires mois de toute ma vie », raconte un étudiant à The Independent. Un autre jeune homme, âgé de 20 ans raconte le quotidien de son stage : « Un taxi te ramène chez toi à 7 heures du matin et t’attend en bas de chez toi pendant que tu prends ta douche pour te ramener dans la foulée au travail ».

Mais pourquoi Moritz Erhardt, épileptique, acceptait un tel traitement ? Sans doute pour gagner plus. Au sein de la filiale Merryll Lynch, l’étudiant gagnait environ 2 700 livres (3 150 euros) par mois. Mais cette rémunération variait en fonction du nombre d’heures effectuées par l’employé. C’est sans doute cette raison qui a poussé le jeune homme dans ses retranchements.

Lire aussi : Des stages mieux encadrés pour éviter les abus

Maxime Quéma