Un substitut des parabens pourrait provoquer de l’eczéma

Un conservateur utilisé dans certains produits cosmétiques pour remplacer le paraben inquiète les dermatologues. Il provoquerait des irritations de la peau, tel que l’eczéma.

0
2851
Selon la Société française de dermatologie (SFD), un substitut du paraben pourrait provoquer des allergies cutanées plus ou moins importantes selon les patients. ©ThinkStock

Interdits dans les produits cosmétiques en 2010, les parabens – accusés d’être des perturbateurs endocriniens – ont petit à petit été remplacés par un autre conservateur. Selon la Société française de dermatologie (SFD), ce dernier pourrait provoquer des allergies cutanées plus ou moins importantes selon les patients. La SFD demande aux fabricants de cosmétiques de revoir la composition de leurs produits.

Bye bye parabens, bonjour eczéma !

Méthylisothiazolinone (MIT). C’est ainsi que se nomme le conservateur pointé du doigt par les dermatologues. Les spécialistes savent pourtant depuis plusieurs années que ce composant est considéré comme un allergène.

Par le biais de données fournies par le réseau vigilance en dermato-allergologie (Revidal), les dermatologues constatent depuis deux ans une augmentation continue du nombre de patients touchés par l’eczéma en réaction au MIT. Ils ont remarqué que cet eczéma était même plus diffus chez les personnes utilisant une crème hydratante ou un gel douche contenant du méthylisothiazolinone.

Méthylisothiazolinone : vers une interdiction ?

« Quelques rares cas de gêne respiratoire et d’irritations de muqueuses ont également été observées », a précisé à l’AFP le Dr Annick Barbaud, responsable du service de dermatologie au CHU de Nancy, à l’occasion des Journées dermatologiques, qui se tenaient du 11 au 15 décembre à Paris. Le conservateur est également présent dans d’autres produits, tels que les lingettes et les liquides nettoyants.

Les spécialistes de la peau demandent aux fabricants de modifier la composition de leurs produits. En attendant, une seule solution : bien lire les étiquettes !

Lire aussi : Cosmétique, si c’est bio, c’est donc mieux ?

Damien Rigat