Un test urinaire pour dépister le cancer du col de l’utérus

Une étude met en avant l'efficacité des tests urinaires dans le dépistage du cancer du col de l'utérus. Adieu, frottis ?

0
3762
80 % des femmes sexuellement actives sont infectées par les papillomavirus au cours de leur vie. ©ShutterStock

Les frottis cervico-utérins, que l’on conseille aux femmes tous les trois ans dans la plupart des pays occidentaux, pourraient être remplacés par de simples tests urinaires, suggère une étude britannique publiée mercredi 17 septembre dans le British Medical Journal. Les auteurs ont compilé les résultats de 14 travaux de recherches comparant l’efficacité des test urinaires et celle du frottis dans le dépistage des papillomavirus humains (HPV – « Human Papillomavirus »). S’il en ressort un léger avantage pour le traditionnel frottis, les tests urinaires apportent tout de même de bons résultats. On relève une sensibilité « modérée » pour détecter les cas positifs (73 %), et une sensibilité « élevée » pour repérer les cas négatifs (98 %). Le test serait d’autant plus fiable lorsqu’il est réalisé avec les premières urines du matin.

Un test moins invasif

Il est certain que cette méthode arrangerait de nombreuses patientes. Beaucoup rechignent à se rendre chez leur gynécologue pour réaliser un frottis et échappent ainsi au dépistage du cancer du col de l’utérus. « La détection des HPV dans l’urine est une méthode non invasive, facilement accessible et acceptable pour les femmes », constatent les chercheurs. Ces derniers y voient également un avantage en terme de coût, notamment dans les pays à bas revenus, où il manque d’infrastructures médicales.

L’interprétation de ces résultats sont toutefois à prendre avec des pincettes, en raison de l’absence « d’une méthode uniformisée de détection des HPV dans l’urine » entre ces études.

Pour rappel, 80 % des femmes sexuellement actives sont touchées par les HPV au cours de leur vie. Entre 10 à 20 % développent une infection plus persistante pouvant déboucher sur un cancer du col de l’utérus.

Lire aussi :
Cancer du col de l’utérus : l’autodépistage, aussi efficace qu’un frottis
Dépister le cancer du col de l’utérus avec… du vinaigre

Julie Toury