Un vaccin contre l’addiction à l’héroïne testé sur des humains

Un vaccin expérimental vient d’être mis au point à l’institut de recherche Scripps (TSRI) en Californie. Les scientifiques affirment pouvoir aider les toxicomanes à lutter contre l’accoutumance à l’héroïne, une drogue très addictive.

0
1648
Les rats accros à l'héroïne ont été soignés par un simple vaccin. ©ThinkStock

10 millions de personnes sont dépendantes à l’héroïne dans le monde. Pour lutter contre cette addiction, des scientifiques de l’institut de recherche Scripps (TSRI) en Californie ont mis au point un vaccin empêchant la drogue d’atteindre le cerveau, confirmant les résultats d’une équipe mexicaine. Lors de l’expérience, des rats ont été totalement débarrassés de leur addiction, seulement avec le vaccin, ce qui serait « idéal » pour les humains », selon Joel Schlosburg, l’un des auteurs de l’étude.

Un vaccin annihile les effets de l’héroïne

Les chercheurs ont réussi à accrocher des fragments de molécule de la drogue à des protéines plus grandes, susceptibles de provoquer une réaction du système immunitaire. Les structures de ces molécules sont en effet trop petites et trop simples pour stimuler à elles-seules le système immunitaire, rendant difficile la création d’un vaccin.

Publiée dans la version en ligne des Comptes rendus de l’académie américaine des sciences (PNAS), l’étude pallie aux difficultés liées à la rapidité de la désintégration de ces drogues dans le sang. Le chef du projet, Kim Janda, explique que « l’héroïne se métabolise très vite et se transforme en une substance appelée 6-acetylmorphine, qui va dans le cerveau et provoque la plupart des effets de la drogue ».

Des rats toxicomanes guéris

Encore au stade expérimental, le vaccin n’a été testé que sur les rats. Le Dr George Koob, responsable du groupe de recherche sur la toxicomanie à l’institut, déclare : « Normalement des rats accoutumés à l’héroïne et qui en sont privés recommencent à en consommer avidement dès qu’ils peuvent, mais pas avec notre vaccin ». Le docteur précise que si le vaccin « marche aussi bien dans des essais cliniques chez des humains il pourrait faire partie de la thérapie standard pour traiter les toxicomanes utilisant de l’héroïne », accompagnée d’autres traitements.

Jusqu’à présent, des vaccins contre la cocaïne et la nicotine ont été testés dans des essais cliniques humains et un vaccin expérimental contre l’accoutumance à la méthamphétamine sera bientôt testé sur les hommes.

Charlotte Loisy