Une agence de pub illustre la France avec des photos de plages africaines

Une campagne publicitaire de l’agence Atout France pour promouvoir le tourisme en France illustrait ses propos avec des photos de plages sud-africaines.

0
2229
Une agence de pub illustre la France avec des photos de plages africaines ©ThinkStock

Alors qu’elle lançait, en Grande-Bretagne, une campagne de publicité pour promouvoir le tourisme en France, l’agence Atout France a été prévenue d’une erreur. Des photos de plage sud-africaines avaient été involontairement publiées dans la campagne à la place des littoraux français ! Un photographe, qui a séjourné en Afrique du Sud, a reconnu la plage et a contacté l’agence afin de les prévenir de l’erreur. « Il y a 23 photos dans cette campagne. Deux photos montraient des plages d’Afrique du Sud au lieu de plages françaises. Nous avons été alertés et nous avons fait supprimer ces photos », a indiqué Atout France.

La campagne publicitaire devait inciter les Londoniens voulant fuir la capitale anglaise pendant les Jeux Olympiques à venir séjourner en France. Le point culminant de la campagne devait alors être les photos qui mettaient en scène des protagonistes dans des situations rappelant les disciplines olympiques. Sur l’une des photos, deux femmes, au sommet d’un volcan d’Auvergne, se passaient une gourde avec l’inscription : « passing the baton in Auvergne » (passage de témoin en Auvergne).

Une erreur à 716 000 euros

Atout France se dédouane de l’erreur. Elle avait mandaté une autre agence de communication et de publicité, The Line, pour se charger de cette campagne de promotion du tourisme en France. La société mandataire se défend, elle, en expliquant qu’une erreur de référencement est à l’origine de l’inversement des photos. Mais à 716 000 euros la campagne publicitaire, l’erreur a du mal à passer pour Atout France.

Une nouvelle version de la campagne paraîtra le 21 avril en Grande-Bretagne. Les plages sud-africaines devraient alors être remplacées par des photos de nos côtes. Les anglais perdront alors peut-être au change…

Maëla Priolet