Une augmentation de 2 % du SMIC, ça représenterait quoi?

D’après les estimations des Echos, le SMIC augmentera d’environ 2 %. Le verdict officiel sera rendu mardi prochain.

0
1854
Michel Sapin ©Sipa

Bercy se creuse la tête pour trouver le meilleur compromis possible : augmenter le SMIC, en prenant en compte le déficit budgétaire et la faiblesse des marges des entreprises, tout en essayant de ne pas décevoir les syndicats. Et la tâche s’avère bien compliquée.

En général, le SMIC augmente au même rythme que l’inflation, mais le gouvernement de Jean-Marc Ayrault souhaiterait le réévaluer à un point au-dessus, afin de répondre aux attentes de l’opinion publique.

Le verdict, qui sera rendu mardi prochain, a déjà été évalué par Les Echos. Selon le quotidien, Bercy devrait arriver à un compromis entre l’inflation, d’1,5 %, et le point supplémentaire, qui ferait donc atteindre une augmentation de 2,5 %. Au final, un compromis à 2 % devrait être annoncé.

« Il faut que le pouvoir d’achat du SMIC augmente, mais chacun est bien conscient que 74 % des Smicards travaillent dans les petites et moyennes entreprises, que beaucoup de ces PME sont dans une situation fragile et qu’il ne peut pas y avoir un choc sur le SMIC », avait déclaré Michel Sapin, ministre du Travail.

Une déception pour les syndicats ?

Cette augmentation de 2 % ne répondrait cependant pas aux attentes des syndicats. Le gouvernement, qui souhaite limiter cette augmentation pour ne pas hypothéquer la compétitivité des entreprises, provoquerait la déception des salariés.

Comme l’explique Stéphane Lardy, chargé de l’Emploi à Force Ouvrière, au micro de France Info, « ça ne correspond pas aux attentes, ce serait un premier faux pas » et ce ne serait pas « respectueux de ce que vivent les salariés dans ce pays ». S. Lardy va même plus loin, en considérant qu’une augmentation de 2 % reviendrait à donner « des miettes » aux salariés.

2 % d’augmentation, ça fait combien concrètement ?

Cette augmentation, qui sera décidée lundi par les grands experts chargés, normalement, de rendre un avis avant chaque 1er janvier, se fera lundi aux côtés de Michel Sapin. Si le taux est bel et bien fixé à 2 %, le coup de pouce ne sera en réalité que de 0,6 %, puisque l’inflation est de 1,4 % depuis novembre. La hausse suivante, qui sera rendue en janvier, sera donc faible, puisqu’elle prendra en compte l’inflation de mai à novembre 2012, et non sur une année comme il est de coutume.

François Hollande a promis de réviser cette formule, pour mieux prendre en compte la croissance, car à la hausse des prix s’ajoute la moitié du gain de pouvoir d’achat du salaire ouvrier. Cet argument sera surement utilisé face aux syndicats, afin d’expliquer ce geste raisonnable, tout en rappelant que sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, aucun coup de pouce n’avait été accordé.

Alors concrètement, 2 %, ça représente quoi dans le budget d’un Smicard ? Cette hausse ferait passer le SMIC horaire de 9,22 euros à 9,40 euros, soit un gain mensuel d’environ 27 euros. Une somme qui peut paraître dérisoire compte tenu du coût de la vie, mais une augmentation de 1,5 % du SMIC représenterait déjà une dépense 1,4 milliards d’euros dans le budget de l’Etat, selon l’IGF.

Mathilde Bourge