Une femme sur trois est victime de violences au cours de sa vie

Selon une récente étude de l’OMS, 35 % des femmes seraient victimes de violences physiques ou sexuelles au cours de leur existence. 30 % auraient été agressées par leur partenaire. L’organisation parle d’un problème d’ampleur épidémique.

0
3432
30 % des femmes seraient maltraitées par leur partenaire intime. ©ThinkStock

Selon un rapport établi par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus d’un tiers des femmes (35 %) seraient victimes de violences au cours de leur vie. 30 % seraient maltraitées par leur partenaire intime. Il s’agit de la première étude* menée à partir d’enquêtes mondiales sur la violence à l’encontre des femmes. Elle a été publiée le 20 juin sur le site officiel de l’organisation.

42 % des femmes violentées souffrent de graves blessures

Selon les informations recueillies par l’OMS, trois femmes sur dix ont déjà été bousculées, frappées, menacées avec des armes, violées ou violentées sous d’autres formes par leur compagnon. Près de 10 % des femmes ont été victimes d’une agression sexuelle de la part d’un individu autre que leur partenaire. Parmi les femmes assassinées, 38 % l’ont été par leur compagnon.

« Les partenaires violents peuvent empêcher les femmes de se rendre dans des cliniques, ou d’avoir accès aux médicaments, ou aux contraceptifs », note le site Scientific American, qui rapporte les travaux.

> Lire aussi : L’Arabie Saoudite fait campagne contre la violence conjugale

D’après les éléments de ce rapport international, les femmes victimes de violence de la part de leur compagnon ont davantage de risque d’être infectées par le VIH (en Afrique subsaharienne) ou par d’autres maladies sexuellement transmissibles.

Elles sont aussi plus susceptibles de donner naissance à des enfants prématurés ou chétifs, sont plus sujettes à l’alcoolisme, à la dépression et peuvent développer différents problèmes de santé (maladies cardiaques, diabète…) en raison d’un niveau de stress trop élevé.

Une part importante des femmes violentées (42 %) souffrent de graves blessures.

L’OMS parle d’un « problème mondial d’ampleur épidémique »

« Les résultats de cette étude envoient un message fort : la violence à l’encontre des femmes est un problème mondial de santé publique d’ampleur épidémique », estime le Dr Margaret Chan, directeur général de l’OMS. « Les systèmes de santé du monde peuvent et doivent en faire plus pour les femmes victimes de violences. »

> Lire aussi : Protection renforcée pour les femmes

L’OMS a établi une carte des violences subies par les femmes à travers le monde. 36,6 % des femmes d’Afrique et 37,7 % des femmes d’Asie du sud-est sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur partenaire intime. C’est le cas également pour 29,8 % des femmes d’Amérique, 25,4 % des femmes d’Europe et, de manière plus générale, pour 23,2 % des femmes des pays à revenu élevé, dont l’Europe occidentale et les États-Unis font partie.

Pourcentage de femmes ayant subi une violence de la part de leur partenaire :

(par région)
© OMS

> Lire aussi : Inde – un soutien-gorge électrique pour lutter contre le viol

* Le rapport s’intitule « Estimations mondiales et régionales de la violence à l’encontre des femmes : prévalence et conséquences sur la santé de la violence du partenaire intime et de la violence sexuelle exercée par d’autres que le partenaire ».

Cécile David