Une pyramide Maya rasée par un constructeur routier

L'une des plus grandes pyramides mayas du Belize vient d'être détruite par une société de construction pour en extraire de la roche. Le ministère de la Culture ne souhaite pas laisser passer ça.

0
1787
La pyramide du Magicien, à Mexico (Mexique) ©ThinkStock

Stupeur au Belize. L’une des plus grandes pyramides du pays, datant de l’ère maya, aurait été « malencontreusement » rasée par une compagnie de construction, début mai, révèle Associated Press (AP). L’entreprise souhaitait extraire de la roche pour un projet routier. La pyramide de Nohmul, située au nord du pays, faisait partie des joyaux de la culture pré-hispanique. La salle de cérémonie qui se trouvait au cœur datait d’il y a plus de 2 300 ans.

Du côté des archéologues, difficile de croire à la thèse de l’accident. La pyramide, qui trônait dans un champ de cannes à sucre privatisé, n’était peut-être pas la mieux conservée, mais elle mesurait au moins 30 mètres de haut. De plus, l’emplacement des ruines est connu au Belize, et le paysage relativement plat. Impossible, donc, de détruire un tel monument sans s’en apercevoir…

Destruction d’une pyramide maya : une enquête a été ouverte

L’histoire est d’autant plus navrante qu’avec des outils modernes, les constructeurs auraient pu récupérer ces pierres « dans n’importe quelle carrière », a regretté le directeur de l’Institut d’archéologie du Belize James Awe, cité par AP. « Ils savaient qu’il s’agissait d’une structure ancienne. Ce n’est que de la paresse », a-t-il ajouté.

Le ministère de la Culture et du Tourisme du Belize a annoncé avoir lancé une enquête pour déterminer les torts de la compagnie de travaux publics. La loi du pays protège toutes les ruines mayas, qu’elles soient situées sur un terrain privé ou non.

> Lire aussi : Patrimoine de l’Unesco : zoom sur 26 nouveaux sites classés

Thomas Levy