Une salade sur dix contient des pesticides interdits

Les salades ne sont pas si saines pour la santé. Selon un rapport de l’association « Générations Futures » révélé par le Parisien, une salade sur dix contient des produits chimiques interdits à la vente en France depuis des années.

0
1233
Une salade sur dix contient des pesticides interdits ©ShutterStock

Dans une étude de l’association « Générations Futures » dévoilée par Le Parisien ce mardi 22 septembre, nos salades vertes que nous consommons ne sont pas si saines que cela. Une salade sur dix contient des pesticides prohibés.

Après avoir scruté batavias, feuilles de chêne et autres salades à la recherche de pesticides, l’association environnementale a découvert dans 16% des cas, la trace de cinq produits chimiques interdits à la vente en France depuis de nombreuses années. « Nous ne nous y attendions pas du tout, affirme François Veillerette, le porte -parole de l’ONG écologiste, au Parisien. Avec près d’une salade sur cinq concernée, ce n’est pas du tout anecdotique. »

Présence de perturbateurs endocriniens

Pour arriver à ce constat, « Générations futures » a analysé 31 salades dans cinq grandes enseignes de l’Oise et de la Somme. Les tests ont été effectués par un laboratoire belge Primoris agréé pour les autorités.

L’étude menée révèle également la présence de DDT, un pesticide chimique hautement cancérigène et interdit en France depuis 1971. 6,45% des salades testées en contiennent. Le DDT est reconnu pour être un perturbateur endocrinien. Ce dernier peut interférer le fonctionnement hormonal de l’être humain et provoquer des lésions cérébrales, des cancers du sein, de l’utérus et des testicules.

La présence de ces pesticides est toutefois de faible quantité mais l’association s’inquiète de l’« effet cocktail » dû à l’accumulation de ces pesticides dans nos organismes. Les molécules réagissent entre elles et augmentent leur toxicité. Interrogé par Le Parisien, Bernard Géry, le porte-parole du collectif « Sauvons les fruits et légumes de France », « Les quantités de pesticides dans nos tomates et salades sont bien trop ridicules pour faire du mal à qui que ce soit ! »

Lire aussi : L’algue marine est-elle l’avenir de l’agriculture ?

Justine Dupuy