Utiliser Britney Spears pour faire fuir les pirates ?

Les navires britanniques ont trouvé une nouvelle parade pour faire fuir les pirates somaliens : diffuser les chansons de Britney Spears.

0
1482
« Ces mecs-là détestent la culture ou les chansons occidentales donc Britney Spears, c'est parfait » ©Sipa

Peut-on dire que Britney Spears incarne parfaitement la culture musicale occidentale ? C’est en tout cas ce que semblent penser les marins britanniques. Pour repousser les pirates de la Corne de l’Afrique, les navires britanniques diffusent à tue-tête les titres Oops I di dit again, ou Baby one more time, qui ont fait le succès de la chanteuse américaine.

Les pirates détestent Britney Spears

Selon la marine marchande britannique Rachel Owens, citée par le Sunday Post écossais, ce stratagème fonctionne : « Ces chansons ont été choisies par l’équipe de sécurité car elle pensait que les pirates [somaliens] les haïraient plus que tout ». Selon cette équipe de sécurité qui semble très au jour sur les goûts musicaux des flibustiers, « ces mecs-là détestent la culture ou les chansons occidentales donc Britney Spears, c’est parfait ».

Mais gardons-nous de toute critique sur la qualité musicale de Britney Spears, car même si le choix semble étonnant, ce n’est ni pour sa fausseté ou ses douces paroles que ce système fonctionne.

Des canons à son de 162 décibels

Comme l’explique Steven Jones le directeur maritime de la Security Association for the Maritime Industry au journal Le Figaro, c’est plus la méthode utilisée pour diffuser les chansons que le choix de l’artiste lui-même qui importe. Car la musique est diffusée à travers des canons à son (Long Range Accoustic), utilisés depuis plusieurs années déjà pour tenter d’assourdir les pirates. Des dispositifs qui permettent de générer des sons allant jusqu’à 162 décibels, au-dessus du seuil de la douleur sans protection auditive (130 db). Comme l’explique le site du Mirror, la musique pop est utilisée comme une deuxième ligne de défense sur les navires marchands ; utilisée donc uniquement quand les premières mises en garde ne parviennent pas à dissuader les pirates.

Dans cette région considérée comme la plus dangereuse du monde (large de la Somalie et dans le Golfe d’Aden), où 60 marins sont encore retenus prisonniers, d’autres méthodes ont déjà été utilisées pour repousser les pirates : du rideau de vapeur, à la barrière électrique en passant par les pièges à hélices.

> Lire aussi: Lady Gaga et Britney Spears déchantent sur le web

Laurie Ferrère