Vaccination : décès et effets secondaires préoccupants

Le Canard Enchainé révèle, dans son édition du 1er avril, le décès de deux nourrissons à la suite du vaccin contre la gastro-entérite. Des informations confirmées par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament.

0
1155
Le journal révèle dans son édition du 1er avril, le décès de deux nourrissons, à la suite d’une vaccination contre la gastro-entérite. ©ShutterStock

Mauvaise nouvelle. Alors que les Français s’interrogent de plus en plus sur la vaccination obligatoire des enfants, Le Canard Enchainé dévoile des informations pour le moins compromettante.

Le journal révèle dans son édition du 1er avril, le décès de deux nourrissons, à la suite d’une vaccination contre la gastro-entérite. Une information qui a très vite été confirmée par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM). Les nouveau-nés seraient morts à la suite d’une « invagination intestinale », comprendre ici le retournement de l’intestin sur lui-même, en 2012 et 2014.

Ratorix, RotaTeq : 201 cas d’effets indésirables graves

Le Canard Enchainé reprend les conclusions d’un rapport du Comité Technique de Pharmacovigilance (CPTV), arrêté à la fin de l’année 2014 et daté du mois de février 2015. Dans ce rapport, on peut lire que les vaccins Rotarix et RotaTeq, tous deux prescrits pour prévenir les infections dues à un virus responsable de diarrhées chez les bébés, entrainent un « nombre préoccupants d’effets secondaires » indésirables graves, dont les deux décès indiqués.

« Depuis le début de la commercialisation en France [en 2006 NDLR] de ces deux vaccins et jusqu’au 31 décembre 2014, plus d’un million de doses ont été distribuées. 508 notifications d’effets indésirables médicalement confirmées, dont 201 graves », ont été recueilles et analysées, souligne l’agence. En tout, ce sont 47 cas d’invaginations intestinales, dont les deux fatals, qui ont été relevés.

Le Haut Conseil va réexaminer les recommandations

Des faits mis au grand jour alors même que la « décision de remboursement doit tomber dans les prochains jours », souligne l’hebdomadaire avant de préciser que l’obtention du remboursement de ces deux vaccins, Rotarix (laboratoires GlaxoSmithKline/GSK) et RotaTeq (Sanofi Pasteur MSD), aurait été un « jackpot assuré » pour les laboratoires.

Le Haut Conseil de Sécurité Publique (HCSP), qui avait recommandé ces vaccinations contre la gastro-entérite en novembre 2013, indique qu’il a « prévu de réexaminer dans les prochains jours ses recommandations » à ce sujet. Un courrier a été envoyé au 160 000 professionnels de la santé afin qu’ils sensibilisent les familles.

Lire aussi : La vaccination obligatoire conforme la Constitution
Lire aussi : La présence d’aluminium dans les vaccins refait débat

Laurie Ferrère