VIDÉO – Après un accident, une Australienne parle avec un accent français

À la suite d’un accident de voiture, Leanne Rowe, une Australienne, parle avec un accent français. Le syndrome de l’accent étranger a été diagnostiqué une soixantaine de fois seulement depuis sa découverte, voilà plus d’un siècle.

0
2538
Voilà huit ans que Leanne Rowe, née sur l’île de Tasmanie (un État australien), parle avec un « french accent ». - Crédit photo : Australian Broadcasting Corporation (capture d'écran) ©DR

Le cerveau humain joue parfois de vilains tours. Une Australienne s’est mise à parler avec un accent français à la suite d’un accident de voiture. Baptisé « le syndrome de l’accent étranger », ce phénomène est rare mais connu des médecins.

Leanne Rowe n’est jamais allée en France et n’a pas d’amis français

Voilà huit ans que Leanne Rowe, née sur l’île de Tasmanie (un État australien), parle avec un « french accent ». En 2005, elle est victime d’un accident de voiture et subit un important choc à la tête et au niveau de la mâchoire, brisée par la violence de l’impact. Depuis cette date, elle a adopté, sans le vouloir, l’accent des Frenchies.

> Lire aussi : Les bébés peuvent distinguer deux langues sans effort

Selon Robert Newton, le médecin de la famille, Leanne Rowe est le deuxième cas de syndrome de l’accent étranger connu en Australie. « Elle a étudié le français à l’école mais n’est jamais allée en France et n’a pas d’amis français », assure-t-il, précisant qu’elle avait un accent australien « normal » avant l’accident (AFP).

Le syndrome de l’accent étranger : une dizaine de cas recensés

Si l’histoire peut prêter à sourire, elle est vécue comme une souffrance par la victime. « Tout cela me met en colère car je suis Australienne, et non Française », explique-t-elle à l’Australian Broadcasting Corporation, une télévision nationale.

VIDÉO – Depuis son accident, Leanne Rowe parle avec un accent français :

© MyTF1News – LCIWAT – Australian Broadcasting Corporation

En 2010, une Néo-zélandaise touchée par la sclérose en plaque s’était mise subitement à parler anglais avec un accent britannique, tantôt écossais, tantôt gallois, tantôt du nord de Londres. Le syndrome de l’accent étranger serait provoqué par une lésion dans la zone du cerveau dédié au langage. Il a été diagnostiqué pour la première fois en 1907. Depuis, seule une soixantaine de cas ont été recensés.

> Lire aussi : Les bébés apprennent à parler avant leur naissance

Damien Rigat