VIDÉO – En 2006, Frigide Barjot chantait « Fais-moi l’amour avec deux doigts »

Les manifestations anti-mariage pour tous se multiplient, Frigide Barjot sourit. Elle qui, quelques années plus tôt, dansait dans les cabarets gays et chantait « Fais-moi l’amour avec deux doigts »…

0
10132
Frigide Barjot,représentante de l’opposition au projet de loi sur le mariage pour tous, se définit comme une « catho branchée ». ©Sipa

« Fais-moi l’amour avec deux doigts, avec trois ça ne rentre pas, avec un seul ça ne le fait pas. » Ces paroles sont signées Frigide Barjot, représentante de l’opposition au projet de loi sur le mariage pour tous. Barjot c’est ça. Côté face : une catholique de droite conservatrice. Côté pile : une adepte des soirées mondaines « gay-friendly » habillée en rose Barbie.

Et la voilà, en 2006, chantant « Fais-moi l’amour avec deux doigts » sur « les rivières du Kamasoutra » en robe à paillettes, croix bling bling autour du cou. Certes, le clip est à prendre au second degré, certes, il ne s’agit-là que d’une parodie des clips frivoles à la Brigitte Bardot… mais, avouons-le, c’est tout de même un tantinet paradoxal de voir la porte-parole de la Manif pour tous prôner l’amour avec deux doigts… « Passe par ici, repasse par-là (…) Mon seul bonheur c’est ton index et ton majeur. »

VIDÉO – « Fais-moi l’amour avec deux doigt » :

© DR

Qui se cache derrière Frigide Barjot ?

Origines. De son vrai nom, Virginie Tellenne, Frigide Barjot est née Virginie Merle en 1962 à Boulogne-Billancourt, dans une famille conservatrice issue de la bourgeoisie lyonnaise. Son père, Jacques Merles, fait partie des proches de Jean-Marie Le Pen.

La femme politique. Virginie Merle étudie le droit à Lyon III puis intègre Sciences Po Paris avant de rejoindre le pôle communication du RPR. Avec son époux, Bruno Tellenne (pseudo : Basile de Koch), elle devient la plume de l’ex ministre de l’Intérieur, Charles Pasqua. En 2008, elle se porte candidate aux élections municipales dans le XVe arrondissement de Paris, sur la liste divers droite. Elle a récemment exprimé son intention de présenter des candidats « Manif pour tous » aux prochaines élections municipales.

La catholique. Sa foi grandit lors d’un pèlerinage à Lourdes, en 2004. Quelques années plus tard, Frigide Barjot défend corps et âmes le pape Benoît XVI lorsqu’il est attaqué au sujet de la levée des excommunications des évêques lefebvristes et de ses maladresses sur la distribution des préservatifs. Au printemps 2009, l’« attachée de presse de Jésus » (c’est elle qui le dit) remet au pape un manifeste de soutien.

La gay-friendly. Frigide Barjot est aussi connue pour ses escapades nocturnes. Elle s’affiche régulièrement dans les soirées mondaines, notamment dans les cabarets gays. Artiste « second degré », elle chante au sein du groupe les Dead Pompidou’s.

Frigide Barjot se définit comme une « catho branchée » (Confessions d’une catho branchée, Plon, 2011) et assume complètement sa double personnalité.

La représentante de la Manif pour tous. C’est en mai 2012 que débute son engagement anti-mariage pour tous. Le 27 mai, elle fonde le Collectif pour l’humanité durable, une organisation qui conteste plusieurs mesures annoncées par le président François Hollande, dont le mariage entre personnes de même sexe, l’accès simplifié à l’IVG et le droit à l’euthanasie. Elle crée quelques mois plus tard la Manif pour tous et se concentre alors sur la lutte contre le mariage homosexuel, le droit à l’adoption pour les couples de même sexe et l’accès à la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples lesbiens.

Le 15 avril, son beau-frère, l’animateur et écrivain Karl Zéro, lui demande de cesser son engagement à travers une lettre ouverte : « Stop, Frigide ! Fais Rewind d’urgence (…) J’ai le sentiment que (…) tu t’es prise au jeu sans te rendre compte de où ça risque de nous mener, et – pire – de où ça te mène… »

Lire aussi : Mariage gay, le livre de Frigide Barjot retiré des ventes

Cécile David