VIDÉO – Une pluie de criquets à Madagascar

La ville d'Antananarivo a été envahie le 28 août par une nuée de criquets. Ce phénomène est dû aux fortes chaleurs qui touchent la capitale de Madagascar depuis une semaine.

0
2838
Les essaims de criquets sont capables d'engloutir jusqu'à 100 000 tonnes de végétation par jour. - crédit photo : Sylvain Lathuy (capture d'écran) ©DR

Les images sont surprenantes, voire un tantinet effrayantes. Le jeudi 28 août, deux énormes essaims de criquets ont rejoint Antananarivo, la capitale de Madagascar. Les nuages d’insectes – dont la formation est liée aux fortes chaleurs – mesuraient une vingtaine de kilomètres de long chacun. Ils ont mis plus d’une heure à traverser le centre-ville.

Criquets à Madagascar : entre 500 et 5 000 hectares touchés

Les essaims sont capables d’engloutir jusqu’à 100 000 tonnes de végétation par jour. Depuis 2013, l’organisation des nation unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a traité 1,2 million d’hectares pour tenter de faire face à ce fléau mais il reste tout de même entre 500 et 5 000 hectares touchés par les criquets dans le pays.

Avant l’arrivée des insectes, des avions ont pulvérisé d’insecticide le territoire. « Nous n’avons pas pu mener la lutte efficacement à cause du vent, regrette Roland Ravatomanga, le ministre de l’Agriculture du pays. Cependant, cette invasion était prévisible. La situation n’est pas alarmante. Nous reprendrons la lutte dès samedi. »

L’invasion de criquets a provoqué des pannes de courant

Certaines zones de la ville ont été privées d’électricité. Les insectes « se sont engouffrés sur les éclateurs accrochés aux poteaux visant à protéger les fils électriques, explique à LExpress de Madagascar Feno Randrianarisoa, de la société Jirama. Ces éclateurs ont subi des court-circuits causant des coupures [électriques] dans quelques quartiers de la capitale. »

Lire aussi :

Après les ordures, Naples est envahi par les cafards (vidéo)

La ville de Miami envahie par des escargots géants

 

La scène est impressionnante :


© Sylvain Lathuy

Cécile David