VIDEO – Yuka, le mammouth le mieux conservé exposé au Japon

Le mammouth le mieux conservé débarque au Japon. Découverte en 2012 en Sibérie, la jeune Yuka sera exposée à Yokohama jusqu'en septembre.

0
1804
Le mammouth Yuka sera exposé à Yokohama (Japon) jusqu'en septembre. ®Capture d'écran ©DR

Le mammouth Yuka vient d’arriver à Yokohama (Japon). Particulièrement bien conservée, cette femelle de 39 000 ans sera exposée jusqu’au 13 septembre. Très attendue, elle s’est faite inspecter par la douane et photographier par des milliers de journalistes qui s’étaient déplacés spécialement pour l’occasion.

Le mammouth Yuka : une peau et des poils intacts

En avril 2012, le cadavre d’un mammouth d’une longueur de 3 mètres est découvert dans l’océan Arctique, plus précisément dans une falaise de la mer de Laptev en Sibérie.

L’expédition de BBC/Discovery Channel comprend alors qu’elle est face au spécimen le mieux conservé de cette espèce si emblématique de la période glaciaire. Sa peau et sa couleur rose sont intactes, mais c’est surtout son pelage blond roux qui impressionne.

Les scientifiques décident de l’appeler Yuka, du nom du sol gelé de Sibérie dont elle est originaire et qui lui a permis de traverser les âges. Ils ont déterminé qu’elle avait entre 2 ans et demi et 10 ans lors de sa mort.

Les traces de morsure indiquent qu’elle a été chassée par des félins, mais des incisions régulières tendent à penser que des hommes ont tenté de l’ouvrir. Si cela est avéré, il s’agira du premier signe d’interaction entre cet animal et l’Homme.

Faire revivre l’âge de glace

Le mammouth laineux est un animal symbolique que les scientifiques envisagent aujourd’hui de ressusciter. Disparu depuis 10 000 ans, il est loin d’avoir été oublié par l’Homme, comme le témoigne le personnage de Manny dans la saga de l’Age de glace. Yuka pourrait bien être exposée partout dans le monde…

> Lire aussi : Un squelette de mammouth entier découvert près de Meaux

> Lire aussi : Le plus petit mammouth vivait en Crète

VIDEO – Yuka arrive au Japon (Le Monde.fr)

Charlotte Loisy